Kristopher Hart

Kristopher Hart

Kristofer Hart nous donne à voir une humanité en décrépitude, notamment en produisant des environnements évoquant le repli de l’individu dans une intimité devenue  perfide, qui aspire à rendre fantôme celui qui l’habite. Rapport à soi, à l’identité, au corps et sa fragilité, entre présence et absence, consistance et insignifiance, autant de notions qui sont évoquées et questionnées souvent à travers l’intimité et l’espace domestique.

Oscillant entre qui suis-je et que suis-je, son travail est une réflexion incessante et palpable autour d’une condition complexe et incertaine.